odette toulemonde et autres histoires par eric-emmanuel schmitt

“Elle conceda qu’il avait raison. Non sans depit, elle se rendait compte, a son bras, que le monde etait beaucoup plus riche pour lui que pour elle car il y cherchait des occasions d’etonnement et il les trouvait.” (52)

“Plutot que le depart, c’est l’expression << finir notre vie >> qui choqua Aimee. Alors qu’a sa maitresse il avait peint son existence familiale semblable a une prison, elle decouvrait avec ce << finir notre vie >> que Georges, dans un autre monde auquel il ne lui avait pas donne acces, avait continue a se sentir le mari de sa femme, le pere de ses enfants.

<< Notre vie >> ! Aimee n’avait ete qu’une parenthese. << Notre vie >> ! S’ill lui avait glisse a l’oreille des mots d’amour, si son corps avait sans cesse eu besoin du sien, elle demeurait une passade.” (119)

never trust a married man with a smile.

“Les jours suivants, je cachai ma prostration en pretextant une migraine qui affola Samuel. Je le regardais prendre soin de moi avec un oeil nouveau: savait-il que je savais? Surement pas. S’il avait une double vie, comment parvenait-il a se montrer aussi devoue?” (162)

effort-less.

“Les pauvres d’esprit ont bien le droit d’avoir, eux aussi, un heros. Les concierges, caissieres, et autres coiffeuses qui collectionnent les poupees de foire ou les photos de crepescule ont sans doute trouve l’ecrivain ideal.” (216)

“Fragile, emotif, habitue a trouver son equilibre dans la creation, il ne pouvait y acceder dans la vie reelle. Il lui etait insupportable que le debat intime qui’il avait toujours porte en lui-ai-je un talent a la hauteur de celui que je souhaiterais avoir?-devint public.” (226-7)

no, i have no idea about this. not at all.

“-Voila a quoi nous servent les cigarettes: on vide le tabac, on garde les feuilles. Apres, en collant les feuilles les unes sure les autres, on obtient une vraie page de papier. Tiens, viens, je vais te montrer.

Soulevant une latte du plancher, Tatiana degagea d’une cache pleine de pommes de terre une liasse craquante de papier a cigarettes ou soudures et jointures epaississaient les fines membranes, tels des papyrus millenaires decouverts en liberie par on ne sait quelle aberration archeologique.” (267)

this really does describe the most beauty-full book in the world.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s